Mars sur Terre

accueilmédiaspresse écrite • bouge?

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

Bouge?

Bouge? Tous les chemins mènent à Mars

[2004.12.01] Un bilan de la mission FMARS 09, rédigé à partir de l'interview accordée à Radio Pulsar, a été publié dans le numéro de décembre-janvier du magazine Bouge?.

Pulsar, une radio FM de Poitiers, a lancé en décembre 2003 un magazine papier, Bouge?, publié à 5000 exemplaires. Ce bimestriel aborde autant les questions de fond qu'une actualité fraîche et légère, l'objectif étant de proposer aux 15/30 ans un support qui leur corresponde.

Vous trouverez ci-dessous une copie du texte publié dans le magazine.



Tous les chemins mènent à Mars

Pas besoin d'avoir la tête dans les étoiles pour rêver à la planète Mars… Depuis sa jeunesse passée à Poitiers, Joan Roch, 30 ans, est passionné d'astronomie. Aujourd'hui, ingénieur et journaliste, il participe à des missions de simulation de vie sur Mars avec l'association Mars Society. Rencontre d'un troisième type, et sans les combinaisons.

Localisation : cercle polaire. Géographie : un désert de pierre à perte de vue. Température : entre 0 et 5°C en août. C'est au milieu de ce paysage incroyable que pendant deux étés, Joan Roch s'est enfermé dans une base aérospatiale installée depuis quatre ans par la Mars Society, avec 6 autres scientifiques. « Cette zone est sur la terre l'endroit qui ressemble le plus à Mars. A part que là-bas il peut faire jusqu'à -160°C ! » raconte Joan avec son beau petit accent québécois (depuis sept ans il vit à Montréal et ça s'entend !). Leur mission : travailler dans les conditions les plus proches de celles qu'ils connaîtraient sur la planète rouge, en vue d'être fin prêts le jour où les financements seront réunis pour se lancer dans la grande aventure… Pendant quatre semaines, ils vivent et travaillent confinés dans une base circulaire de 160 m2 répartis sur deux étages. « Ca c'est la plus grande difficulté, confie Joan. La vie dans la station est très vite routinière. Autre aspect pénible, dès qu'on sort, il faut mettre une espèce de combinaison spatiale, très lourde. Il faut facilement une demie heure pour l'enfiler et c'est très épuisant de se déplacer avec. » Dans l'équipe, Joan est unique. Géologues, physiciens… tous les chercheurs sont là pour accomplir des travaux bien particuliers. Lui a été choisi pour sa complémentarité. Après un bac scientifique au lycée des Feuillants et une formation d'ingénieur en génie physique et matériaux, il s'oriente vers l'informatique… pour finalement devenir journaliste. Eh oui, tous les chemins mènent à Mars ! Dans la station il s'occupe entre autres de gérer le parc d'ordinateurs, une tâche essentielle car sur cette île de l'Arctique canadien le village le plus proche se trouve à 45 minutes d'avion ! Et le seul lien avec la « terre » est internet par une connexion satellitaire. Mais si Joan prend part à ces missions de simulation, c'est avant tout pour faire connaître au public, en tant que journaliste, les avancées dans le domaine de l'exploration spatiale. « Il faut prendre conscience de la possibilité d'aller un jour sur la planète Mars. C'est loin d'être de la science-fiction ! Selon les programmes de la NASA et de l'Agence spatiale européenne, on pourrait l'envisager d'ici 30 ans. Techniquement on est presque prêt. Maintenant c'est avant tout une question de volonté politique. » Un travail de longue haleine pour ce jeune homme qui, vous vous en douterez, a rêvé plus jeune de devenir astronome…

Hélène Bannier, Bouge? - 2004.12.01