Mars sur Terre

accueil • planète mars

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

La planète Mars

Comparaison de la Terre et de Mars. Mars et le canyon Valles Marineris. L'atmosphère de la planète rouge. Olympus Mons, le plus grand volcan du système solaire. Une des deux lunes de Mars : Phobos. La calotte polaire australe, composée de glace de gaz carbonique. Des îles dessinées par d'anciens cours d'eau. La surface de Mars telle que vue par la sonde Opportunity.

Mars, quatrième planète du système solaire, occupe une place à part. Mars pourrait avoir hébergé, et possède peut-être encore, des formes de vie. Mars est la seule planète qui soit colonisable par l'espèce humaine avec les technologies actuelles.

Mars et la Terre
La planète rouge est à la fois semblable à la Terre et très différente. Mars possède une atmosphère, des calottes glaciaires, des saisons, des volcans, des canyons et des vallées, de la glace, des tempêtes, des journées de 24 heures et 30 minutes, une gravité importante, des minéraux en abondance, deux lunes, une surface solide équivalente à celles des continents terrestres.

Par contre, le diamètre de Mars est deux fois plus petit que celui de la Terre. L'atmosphère y est 1000 fois plus faible et composée presque exclusivement de gaz carbonique. Les calottes sont faites de glace et de gaz carbonique gelé. Les saisons sont irrégulières à cause de l'orbite fortement elliptique de la planète autour du soleil. La distance du soleil, une fois et demie fois plus loin que pour la Terre, et l'atmosphère ténue engendrent des températures moyennes de -60° Celcius.

La gravité est trois fois plus faible, permettant aux volcans d'atteindre des dimensions colossales : 27km pour le Mont Olympe, le plus grand volcan du système solaire. Volcans géants, mais éteints : géologiquement, Mars est une planète presque morte. Mis à part la glace aux pôles et dans le sous-sol, l'eau est absente de la surface et ne peut en aucun cas rester sous forme liquide.

La vie sur Mars
Malgré ce portrait contrasté, Mars reste la planète la plus proche de la nôtre. Mars pourrait avoir hébergé, et possède peut-être encore, des formes de vie. Tôt dans son histoire, Mars était plus chaude et baignée par un océan. Ce seul critère, de l'eau liquide, semble nécessaire à la vie sur Terre. Mars pourrait donc avoir développé des bactéries et même des organismes multicellulaires. Malheureusement, les conditions à la surface se sont rapidement dégradées, forçant les microbes martiens à une retraite souterraine.

L'importance des microbes martiens
Si la vie a existé sur Mars, son étude sera inestimable pour la science. La biologie s'est développé avec un seul modèle, la vie terrestre. Confronter les théories actuelles à une forme de vie totalement nouvelle mènera inévitablement à des percées dans la compréhension des mécanismes responsables de notre propre existence.

Les origines même de la Vie dans l'Univers pourraient être partiellement dévoilées. Si l'architecture du vivant est différente sur les deux planètes, on peut alors supposer que la vie se développe facilement dans l'Univers. Si la biologie est identique, on pourra alors conclure à une origine commune… mais quelle origine  Et si Mars a toujours été une planète morte, la vie terrestre apparaitra encore plus rare et plus précieuse.

Exploration et colonisation
L'importance de l'étude de la planète rouge justifie sa place particulière dans l'histoire de l'exploration spatiale. Des dizaines de sondes ont tenté le voyage, et des missions robotisées de plus en plus ambitieuses sont projetés. Mais comme le démontrent les simulations menées par la Mars Society, l'explorateur le plus performant reste l'humain, capable d'accomplir en quelques jours ce qu'une sonde ne fera qu'imparfaitement en plusieurs mois.

C'est pour cela que les missions habitées sont une nécessité et que la colonisation, suite logique des activités de longue durée à la surface de Mars, est un des avenirs possibles de l'Humanité.

Joan Roch - juin 2004