Mars sur Terre

accueilfmars 09 • 2004.08.03

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

Prévisions pour la nuit : ensoleillé

Les Skidoos fonctionnent aussi sur l'eau, à condition d'aller très vite Un Skidoo trop lent s'est noyé Une petite fille de Resolute Un tapis de mousse, éclairé par la lumière rasante du Soleil de minuit Le Soleil rase l'horizon, les pétales des fleurs s'illuminent La plage de Resolute est encombrée de blocs de glace Sur la plage, un iceberg se reflète dans l'eau Sur la plage, des vieux barils rongés par la rouille côtoient les icebergs Les algues recouvrent un fil électrique abandonné Les chiens de traineau sont nourris avec de la viande de phoque Des dizaines de chiens de traineau passent l'été enchaînés près de la plage Une peau d'ours polaire en train de sécher Les griffes de l'ours dont la peau est en train de sécher

[2004.08.03] Les prévisions météorologiques d'Environnement Canada pour Resolute sont très précises : nuit… ensoleillée. Nous avons de la chance car l'été a vraiment été mauvais cette année dans l'Arctique, autant à Resolute que sur l'île de Devon, juste à l'est.

« Savez-vous quelle a été la plus haute température atteinte ? », nous demande un Inuit. « 10°C », annonce-t-il. Pas très chaud, en effet. « C'était la plus haute température cet été ? », demandons-nous pour nous rassurer. « Oh non, la plus haute de ces dernières années ! » Grand sourire. C'est pire que ce qu'on pensait.

Cependant, hier soir, le soleil brillait, le vent était presque nul, la température douce, inférieure au record de ces dernières années, mais quand même au dessus du point de congélation. Dans ces conditions, les enfants comme les adultes sont dehors pour en profiter.

Les touristes aussi. Comme la pluie semble revenir dès le lendemain, je suis allé me balader pour admirer mon dernier Soleil de minuit.

Tout est pour le moins étrange dans cette partie du globe. Venant de Montréal, j'ai encore du mal à me faire à l'idée que je n'ai pas quitté le pays. Les Inuits ont leur propre langue, l'inuktitut, et leur propre alphabet phonétique. Les journaux sont vaguement bilingues anglais-inuktitut.

Il y a bien des signes qui indiquent que nous sommes au Canada, comme la monnaie, la présence de la Gendarmerie Royale, ou encore un bureau de Postes Canada à l'enseigne trilingue.

A part ça, les activités des habitants sont… différentes. Pendant l'été, les enfants sont dehors à toute heure du jour et de la « nuit », jouant dans la rue parfois jusqu'à 7 heure du matin. Mais quand ceux-ci vont se coucher, ceux-là viennent tout juste de se lever et prennent la relève.

Les adolescents sillonnent les rues de la ville en véhicules tout-terrain. D'autres se lancent à toute vitesse en Skidoo sur le petit lac proche de la plage… et le traversent généralement sans autre problème que de finir trempés.

Je continue en marchant vers la plage, à quelques centaines de mètres du village. Les hurlements des chiens de traineau commencent à se faire entendre. Mais je suis plus intrigué dans l'immédiat par les icebergs qui jonchent le bord de mer. C'est la marée basse, beaucoup se sont échoués, blocs de glace difformes posés sur un tapis d'algues vertes. Des reliques industrielles corrodées complètent le tableau.

En remontant vers le village, je me rapproche des chiens. Enchaînés par dizaines, ils passent ici l'été. Les hurlements continuent. Ce n'est pas le touriste qui les énerve, mais plutôt les pièces de viande sanguinolentes qu'on leur jette. C'est l'heure de leur repas, et le phoque est au menu. A l'aide d'un crochet de boucher, deux ou trois personnes lancent les blocs vers les chiens qui ressemblent plus à des loups un fois leurs fourrures tâchées de sang.

En revenant près du lac, un Skidoo s'élance pour tenter une nouvelle traversée. Arrivé à mi-chemin, il perd de la vitesse, commence à s'enfoncer, ralentit encore et disparait presque entièrement sous l'eau dans un nuage de vapeur. Sans aucune précipitation, le capitaine de l'engin naufragé sort du lac à pied et va chercher une corde tandis qu'un de ses amis se rapproche pour le remorquer. Un problème courant semble-t-il.

De retour dans le village, l'étrangeté de l'endroit et de ses habitants se manifeste encore une fois. Sur une corde à linge, une peau d'ours polaire, pattes et griffes incluses, sèche contre le mur d'une petite maison.

Demain, si la météo est favorable, je quitte Resolute. J'ai passé trois semaines sur Mars, mais c'est l'Arctique qui me laissera les souvenirs les plus marquants.

Joan Roch - août 2004