Mars sur Terre

accueilfmars 09 • 2004.08.01

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

Sans commentaire

Les bagages s'accumulent près du sas, en prévision d'une évacuation rapide Le téléphone satellitaire Iridium est devenu le centre de toute notre attention Shannon et Ákos font ce qu'il y a de mieux dans ces circonstances : dormir Rien à faire à part regarder les gouttes tomber du dôme

[2004.08.01] Partirons-nous aujourd'hui ? Une deuxième journée d'attente commence. Les prévisions météo sont encourageantes :

Prévisions d'Environnement Canada
Resolute - émises à 05h00 HAE le dimanche 1er août 2004
Averses de neige cessant ce matin puis nuageux. Brouillard. Vents d'ouest de 20 km/h. Maximum de 1.


[09:20] Jason vient d'appeller Resolute grâce au téléphone satellitaire. Un avion en provenance de Grise Fjord, une ville située sur petite île au nord de Devon, va passer et faire un essai d'atterrissage dans la matinée. Vu d'ici, il devrait pouvoir se poser sans problème.

[11:49] Si l'avion est confirmé dans deux heures, nous embarquerons à sept, avec tous nos bagages personnels. La limite de poids pour un vol est d'environ une tonne, ce qui est largement suffisant dans notre cas. Nous essayerons d'emporter un peu d'équipement pour ne pas laisser les choses les plus chères abandonnées sur la piste ou dans l'habitat. Mais la priorité est l'équipe, pas le matériel.

[13:32] Dans moins de 30 minutes, nous en saurons plus sur les chances d'avoir un avion aujourd'hui. L'attente devient pesante. Il est temps de quitter cette planète.

[14:06] Des nouvelles de Resolute : un avion est prévu pour nous à 16:00, si le temps le permet. Après toutes ces fausses alertes, nous avons du mal à y croire.

[17:55] Toujours rien. Rien à faire pour nous occuper non plus. Tout n'est pas perdu pour ce soir, mais tant que nous ne sommes pas dans l'avion, nous n'y croyons pas.

[19:30] « [Jason] Une nuit de plus ! Nous aurons deux avions demain matin à partir de 07:00. » Sans commentaire.

Joan Roch - août 2004