Mars sur Terre

accueilfmars 09 • 2004.07.30

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

En attendant les avions

Le laboratoire se vide rapidement de son équipement Ákos nettoie et photographie les combinaisons avant de les ranger Jason et Blazej préparent l'ATV endommagé à être transporté à côté de la piste d'atterrissage Il ne reste rien d'autre à faire qu'attendre

[2004.07.30] Nous sommes tous prêts pour le départ. Nos bagages sont faits. L'habitat est rangé. Les combinaisons sont nettoyées. Le laboratoire est propre, tous les échantillons emballés pour le transport. L'inventaire est complet, ce qui permettra à la prochaine équipe de prévoir leurs achats en conséquence.

Le système stéréo a disparu dans un grand sac pour le protéger de l'humidité de l'hiver, ainsi que les CDs et tous les autres équipements. De même, les DVDs sont stockés dans une boîte. Mais pas tous, car nous en avons gardé quelques uns sous la main pour nous passer le temps. Car nous ne savons pas quand le départ aura vraiment lieu.

En début de matinée, le grand ménage a commencé. Judd s'occupe de l'atelier, son domaine réservé, tout comme Shannon avec le laboratoire. Ákos, en tant que responsable du matériel utilisé pour les sorties, s'occupe de nettoyer, plier et ranger les combinaisons, les bottes, les sacs à dos. Et de prendre des photos pour que la Mars Society puisse évaluer les réparations nécessaires.

Il faut aussi rassembler tout ce qui ne peut pas passer l'hiver enfermé dans le Hab : les radios, les fusils, les extincteurs, etc. Pour gagner du temps, Jason, Judd et Blazej font les premiers allers-retours vers la piste d'atterrissage pour y déposer les barils d'essence vides… et notre ATV coupé en deux.

Quant à moi, je dois tester toutes les piles qui traînent et mettre de côté les bonnes. Je suis aussi chargé de brûler tous nos déchets, ce qui évitera de rapporter des boîtes en carton vides par avion. Il faut aussi éliminer toute la nourriture qui ne survivra pas jusqu'à la prochaine visite et dater ce que nous laissons.

L'efficacité de notre équipe nous permet de tout terminer en milieu d'après-midi… nous laissant au milieu de l'Arctique sans avoir rien à faire.

Nous pourrions aller marcher aux alentours et profiter une dernière fois du désert. Mais non, nous devons rester enfermés, surveiller le téléphone. En effet, contrairement au plan d'hier qui annonçait le premier avion pour samedi, les dernières nouvelles disent qu'un vol pourrait partir dès ce soir avec seulement 45 minutes de préavis. Donc, nous ne bougeons pas.

Lecture, jeux de carte, discussions en tout genre ou tout simplement une sieste, tout est bon pour patienter. Le repas du soir est animé et on discute surtout de ce que nous mangerons une fois revenus à la civilisation. Tout sauf des pâtes.

Ce n'est que vers le milieu de la soirée que nous apprenons que, finalement, aucun vol ne viendra aujourd'hui. Prochaine tentative, demain matin, 09:00. Peut-être.

Consultez le compte-rendu officiel du 30 juillet (FMARS Daily Reports) sur le site de la Mars Society. La page est en anglais.

Joan Roch - juillet 2004