Mars sur Terre

accueilfmars 09 • 2004.07.21

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

Les araignées rouges

Tandis que le vent siffle, le brouillard enveloppe l'habitat Du haut d'un escarpement que nous baptiserons « Blazej Rock », nous posons pour la gloire La vue sur les lacs encore gelés, dans les étendues au nord de l'habitat Les polygones tracés au sol sont le résultat du cycle de gel et dégel Il n'est pas impossible de se reposer pendant une longue exploration comme celle d'aujourd'hui Joan contemple le panorama Mon sac à dos étant tombé en panne, la buée m'empêchait de continuer à porter mon casque Ákos prend la pose à l'entrée du sas

[2004.07.21] Le fond de mon ATV est posé directement sur un gros rocher. De chaque côté de ce bloc de pierre, les roues touchent à peine le sol. Je descend du véhicule mais il est bien trop lourd pour me donner la moindre chance de le déplacer seul.

La pente de la colline est à l'image du paysage traversé par nos ATV depuis les deux dernières heures. Des blocs de pierre, à perte de vue. Transformées en roches aux arêtes vives lors de l'impact d'un astéroide, il y a plus de 23 millions d'années, les roches ne présentent aucun signe d'érosion.

Jusqu'à présent, nous avons réussi à contourner les étendues rocheuses les moins praticables pour nous diriger au nord de l'habitat. Ici, on trouve des lacs encore partiellement gelés et quelques lichens. Cette région est particulièrement inhospitalière comparée au fond du cratère Haughton, qui est situé au sud de la Flashline Mars Arctic Research Station (FMARS).

Pour obtenir une vue panoramique du paysage, nous décidons de gravir la pente d'une colline dominante. En plus de nous offrir un point de vue, ce sommet intéresse Blazej, toujours à la recherche de microfossiles.

Le début de l'ascension se passe bien, mais je trouve bientôt sur ma route des blocs de pierre parfois larges d'un mètre, entassés pèle-mêle. Mes mains, déjà endolories par deux heures de conduite, sont crispées sur les poignées.

Une des roues avant se glisse entre deux pierres, me faisant dévier de ma trajectoire. Je n'arrive pas à contrôler l'engin et il se pose sur un bloc surélevé, le fond à plat, les roues dans le vide. Bloqué. Vraiment ?

Durant les sorties de ces derniers jours, nous avons tous appris à maîtriser ces véhicules tout-terrains. Et ils sont capables de franchir des terrains chaotiques, de gravir des pentes raides, de remorquer un véhicule embourbé.

Remontant sur mon ATV, je passe en première vitesse. Comme je le craignais, les roues tournent dans le vide. J'applique alors la manœuvre classique : secouer l'engin d'avant en arrière pour tenter de trouver un point de traction. Soudain, une des roues accroche la pierre et, ce faisant, permet aux autres roues de reprendre appui. Mon ATV se remet sur ses pattes et franchit l'obstacle.

Consultez le compte-rendu officiel du 21 juillet (FMARS Daily Reports) sur le site de la Mars Society. La page est en anglais.

Joan Roch - juillet 2004