Mars sur Terre

accueilfmars 09 • 2004.07.12

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

Un aveugle bien entouré

Exploration au bord du cratère Haughton L'île de Devon est parcouru par d'innombrables ruisseaux, alimentés par la fonte des neiges Selon la biologiste Shannon, cette berge rocailleuse sera remplie d'herbe et de petites fleurs d'ici une semaine La végétation se réveille mais doit faire vite, l'été arctique commençant en juillet et se terminant… en juillet Ákos et Joan de retour de leur sortie En soirée, Jason, Louise, Blazej et Ákos regardent un film
Photographe photographié : Joan en tournage à Resolute Photographe photographié : Joan en tournage à Resolute

[2004.07.12] Je suis un aveugle. Aujourd'hui, plus que d'habitude.

Aveugle, tout d'abord par l'impossiblité de prendre certaines photos depuis presque deux jours.

Hier, lors de ma première sortie, je n'ai pu rapporter aucune image des paysages traversés. Impossible de manipuler un appareil photo avec les combinaisons. Les gants sont trop rigides et le casque interdit l'utilisation du viseur.

Aujourd'hui, deuxième sortie. J'ai découvert qu'en combinaison, la manipulation d'une caméra vidéo est possible. Malheureusement, le froid et l'humidité de cet endroit ont couvert ma lentille de buée. Puis la pluie est arrivée. Encore raté.

Demain, j'accompagne une équipe, mais en tant qu'ange-gardien, armé pour nous défendre en cas d'attaque par un ours polaire. Dans ce rôle, je ne suis pas contraint de respecter les règles de simulation et je peux donc manipuler à ma guise le matériel photographique.

Si la météo n'aveugle pas mes yeux électroniques, bien entendu. Car l'été arctique est imprévisible. Il a d'ailleurs brièvement neigé aujourd'hui…

Mais par aveugle, je veux surtout dire aveugle à ce qui m'entoure. Grâce aux observations de Shannon, la biologiste, j'aperçois des algues microscopiques, colorant le sol telles des coulées verdâtres, des lichens rouges, des mousses, de l'herbe, et même des fleurs, blanches et minuscules. Je pensais vivre dans un désert, mais je vois que j'avais tort.

L'été arctique qui commence tout juste me démontre que la vie s'accroche partout. Dans une semaine, les berges du ruisseau où nous étions aujourd'hui seront vertes. Dans deux semaines, on y trouvera un tapis de fleurs. Dans trois semaines, la neige reviendra, la végétation mourra.

Je suis également incapable de lire les pierres. Ákos, un de nos géologues, déchiffre le terrain de manière fascinante.

Il marche, lentement, son regard attentif se portant sur le paysage puis sur le sol, puis sur un escarpement. Il s'arrête, saisit un caillou, le rejette pour en choisir un autre. Parfois, il porte la pierre à un objectif grossissant collé à la visière de son casque, pour observer la structure minérale. Il note ensuite ses observations dans un petit carnet. Il lit les pierres. Il voit, et je reste incapable de savoir ce qu'il voit.

L'aveugle que je suis est heureusement très bien entouré (et mes compagnons s'amusent beaucoup à prendre en photo le photographe). Les scientifiques de l'équipe m'initient à déchiffrer le monde qui m'entoure. Un monde extrême, froid, désertique, mais incroyablement riche.

Consultez le compte-rendu officiel du 12 juillet (FMARS Daily Reports) sur le site de la Mars Society. La page est en anglais.

Joan Roch - juillet 2004