Mars sur Terre

accueilfmars 09 • 2004.07.10

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

Installés et armés

Blazej s'exerce au maniement du fusil à pompe, seule défense contre les ours polaires Louise et Jason inspectent une arme L'équipe, le « Hab » Le cratère Haughton s'étend directement sous notre hublot Préparation de la première sortie, prévue pour demain Le Soleil de minuit, toujours surprenant Les bidons d'essence pour la génératrice Notre maison pour quatre semaines Un monde minéral A minuit, le Soleil et le froid conspirent pour rendre une simple tasse fascinante Judd se réchauffe en buvant du thé

[2004.07.10] Pour la première fois, l'équipe se réveille sur Devon. C'est aussi la première fois que nous sommes seuls, livrés à nous mêmes, forcés à cohabiter pendant les quatre prochaines semaines dans une base plutôt rustique.

Première surprise, l'habitat n'est pas chauffé. Il n'est certes occupé que pendant l'été, alors que les températures restent en général supérieures au point de congélation. Mais à l'intérieur, on relève 16°C au thermomètre. Les petites unités de chauffage d'appoint sont insuffisantes car la génératrice ne peut pas les alimenter toutes simultanément.

L'eau doit être puisée dans la petite rivière voisine. C'est de l'eau de fonte, donc glaciale. Pour le moment, l'eau chaude est préparée… dans la cuisine, sur les plaques chauffantes. Inutile d'espérer une douche chaude dans l'immédiat.

Contrairement à la Mars Desert Research Station (MDRS), les toilettes sont inopérantes, ce qui oblige à ces manipulations de déchets plutôt surprenantes : utilisation de petits seaux ou de sacs en plastique destinés à l'incinération à l'extérieur.

Du côté des bonnes surprises, l'habitat lui-même est en parfait état, bien rangé, propre et fonctionnel. Après trois hivers arctiques, c'est remarquable. En comparaison, MDRS, dans l'Utah, est en moins bonne forme.

Malgré ces inconvénients, l'équipe ne se plaint pas, mais se prépare pour débuter la simulation le plus rapidement possible. Première étape, comment survivre à une rencontre avec un ours polaire. A cette période de l'année, les ours sont coincés sur les îles par la fonte des banquises. Pesant une tonne, courant plus vite que nos véhicules tout-terrain, la seule défense reste le fusil à pompe.

Nous avons tous appris à manipuler ces armes. Pendant notre simulation, la sécurité impose d'avoir une personne qui agit en dehors des règles. Chaque équipe de sortie sera accompagnée d'un vigile armé.

La simulation, marquée par une première sortie en combinaison, commence demain. L'exploration du terrain autour de la base est une nécessité pour les géologues et biologistes de l'équipe. Tous motivés par leurs recherches, ils ont profité au maximum de cette dernière journée « hors-sim » pour fouiller les environs, à la recherche de fossiles ou d'autres indicateurs géologiques.

En attendant, nous faisons graduellement connaissance. Blazej, le polonais, est très discret, probablement handicapé par son manque de maîtrise de l'anglais. C'est aussi le seul à ne pas avoir participé à une autre mission de la Mars Society. Shannon est au contraire exhubérante et directe dans ses propos. Louise, la plus âgée de l'équipe, est très posée, attentive aux besoins des autres. Le Hongrois Ákos, passionné par son expérience, possède un humour fin, très agréable dans un tel contexte. L'ingénieur Judd est un bricoleur de génie, toujours en discussion technique, curieux de comprendre. Notre commandant, Jason, donne l'impression curieuse d'être l'adolescent du groupe, tout en supportant de manière très compétente l'organisation de toute cette aventure.

Et le Soleil brille toujours. De quoi poser quelques problèmes de sommeil à l'oiseau de nuit qui écrit ce texte à 4h du matin… Drôle d'équipe.

Consultez le compte-rendu officiel du 10 juillet (FMARS Daily Reports) sur le site de la Mars Society. La page est en anglais.

Joan Roch - juillet 2004