Mars sur Terre

accueilfmars 09 • 2004.07.07

Accueil
Image du jour
Nouvelles
MDRS 18 - Journal de bord
FMARS 09 - Journal de bord

Références
La planète Mars
La Mars Society
Base FMARS - Arctique
Base MDRS - Utah
Principes de simulation
Sites / Livres

Documents
Photos
Audio / Vidéo

Relations publiques
Conférences
Médias
Internet

Contacts
Coordonnées
Qui suis-je ?

Coincé à Iqaluit après 45 heures de voyage

Ottawa - Dernier lever de Soleil ? L'aéroport d'Iqaluit et son architecture particulière De la glace au mois de juillet Judd et Jason discutent la mission dans l'avion Escale imprévue à Nanisivik pour cause de mauvais temps à Resolute Nanisivik - Au milieu de nulle part Louise et Shannon profitent de l'escale pour observer la nature Notre avion se prépare à faire demi-tour La météo sur Resolute nous contraint à repartir pour Iqaluit Ákos lors de notre deuxième passage à Iqaluit Iqaluit Iqaluit Iqaluit

[2004.07.07] Le jour du départ est difficile à définir quand on passe une nuit blanche. Pour moi, le voyage vers l'île de Devon commence le 6 juillet à 06:30. La simulation commence d'ailleurs plus tôt que prévu. L'eau sera rationnée dans la base… mais aussi dans mon appartement ce matin-là à cause d'une rupture de canalisation dans ma rue.

Première activité : une interview en direct de 5 minutes sur la chaîne de télévision québécoise TVA. Une autre intervention en direct aura lieu, si tout se passe bien, mardi prochain, par téléphone satellitaire, peu de temps après le début de la simulation proprement dite.

Le reste de la journée a été occupé à faire les bagages, c'est à dire faire rentrer dans un sac et une boîte en métal bleue tout le matériel vidéo, photographique et informatique ainsi que des vêtements, le tout pour quatre semaines d'isolement au milieu du désert arctique.

A 00:01 le 7 juillet, je pars enfin de Montréal pour Ottawa, en autobus. Ceci me permet d'arriver à l'aéroport à 03:00, 6 heures avant mon vol Ottawa-Iqaluit-Resolute. L'attente me permet de profiter de ce qui aurait dû être mon dernier lever de Soleil pour les prochaines semaines. En effet, la Flashline Mars Arctic Research Station (FMARS) est construite au nord du cercle polaire, là où le Soleil ne se couche jamais pendant l'été. Mais le voyage ne faisait que commencer…

Les membres de l'équipe FMARS-09 se rencontrent pour la première fois dans l'aérogare. Le premier contact est très bon. Tout le monde est extrêment motivé et impatient de se rendre à Resolute, petite ville à l'ouest de Devon.

Le vol vers Resolute comporte une escale à Iqaluit, capitale de la province du Nunavut. Après seulement deux heures de vol, on aperçoit des traces de neige au sol. Mais l'arrivée à Iqaluit nous donne l'impression d'avoir déjà changé de planète : le Soleil, filtré par les nuages, donne une étrange luminosité au paysage. Et du sol humide s'élève une sorte de brume qui enveloppe les avions et les personnes. Les plaques de glace flottent sur la mer. Le bâtiment jaune à l'architecture curieuse de l'aérogare ajoute à l'étrangeté de ce lieu où habitent 7 000 personnes.

La deuxième partie du vol permet de découvrir des paysages polaires spectaculaires, où la distinction entre la mer et la terre est parfois difficile en raison des glaces encore bien présentes. La météorologie de cette partie du globe nous a cependant réservé une surprise. Resolute est noyé dans la brume, il est impossible d'atterrir. Espérant une éclaircie, nous faisons un arrêt imprévu à Nanisivik, où le Soleil brille, mais en vain. La compagnie aérienne préfère ramener tout le monde à Iqaluit et nous payer l'hôtel avant une nouvelle tentative le lendemain.

Finalement de retour à Iqaluit, nous passons une partie la soirée à discuter et prévoir les premiers jours de notre mission, une fois Resolute atteint. Finalement, alors que je pensais ne pas revoir de coucher de Soleil avant le mois d'août, le Soleil disparait vers 23:00. Mais à cette latitude, la nuit ne sera jamais noire.

Consultez le compte-rendu officiel du 6 juillet et celui du 7 juillet (FMARS Daily Reports) sur le site de la Mars Society. Les pages sont en anglais.

Joan Roch - juillet 2004